Contact

Follow

  • Instagram Social Icon

©2017 by GWEILO. Proudly created by Zoé Manset, Edouard Chardot, Céleste Judet, Logan de Raspide Ross, Sidney Jones.

Professeur Porphyre : Kappa

December 18, 2017

Cliquez-ici pour consulter toutes chroniques du Professeur Porphyre : un mot chaque semaine ! 

 

        Cette semaine, je dois vous trouver un mot qui commence par la lettre K. Je retiens votre attention sur le fait que le K vaut 10 points au Scrabble : le maximum, et vous attendez que je vous trouve un mot intéressant avec une lettre qui, même au milieu d’un mot, est rarissime dans la langue française. Bien sûr, je pourrais vous faire les traditionnels koala, kebab, kabyle, klaxon, kangourou, karaoké, kayak, karaté, képi, kératine, kidnapper, kiwi, kippa, krypton ou kung-fu, mais serait-ce honorer à sa juste valeur cette lettre qui je le rappelle, vaut le maximum au Scrabble ? Dans les langues latines, le K est plutôt rare. En italien par exemple, le K ne fait même pas partie de l’alphabet. Certes, il porte le nom de kappa et est également une célèbre marque de sport, mais il ne fait pas partie de l’alphabet.

 

        Alors, d’où vient cette lettre ? Comme souvent pour les lettres de l’alphabet latin, il faut remonter à l’alphabet phénicien pour trouver l’origine de cette lettre. Pour le K, c’est à l’origine Kaf, la onzième lettre de l’alphabet phénicien et hébreu (notée ך en hébreu). Dans l’alphabet grec, ce Kaf devint κ (κάππα, kappa), avant d’arriver au K de l’alphabet latin que nous connaissons tous.

 

        Pour terminer cette chronique, j’aimerais me plier à un exercice de style sur l’alphabet grec, sans lequel, je ne serais pas entrain d’écrire aujourd’hui. Mon objectif est de vous raconter une histoire en utilisant dans l’ordre toutes les lettres de l’alphabet grec, en me servant non pas de leur prononciation, mais de leur nom. Je vous met un petit tableau pour nous rappeler l’ordre de l’alphabet grec, et…c’est parti ! 

 

        Je vais vous raconter l’histoire de Psilon et de sa femme, Gma. Psilon était un mâle α, un peu simplet, un grand β en somme. Jeune il avait fait du piano, pas grand’chose : quelques γ intérêt limité, et deux ou trois morceaux pour épater ses amis. Il avait grandi dans le δ du Rhône, entre Arles et Sainte-Marie-de-la-mer. C’est là, entre dunes, étangs et marais, qu’il avait rencontré Gma, une éleveuse de chevaux camarguaise. Très vite, elle ε tombèrent amoureux. La première fois qu’il la vit, il se métamorphosa en loup-de-Tex-Avery : il était dans tous ses ζ. Nous nous sommes permis de vous retranscrire leur premier dialogue romantique :

 

- Bonjour mademoiselle, vous êtes seule ? demanda-t-il le plus poliment possible.

- η sœur elle bat le beurre !? répondit-elle sur un ton qui semblait montrer qu’elle n’avait pas tout à fait saisi la subtilité de la question de Psilon.

 

        Après cette première rencontre et quelques points de suture, notre mâle alpha avait une réputation à remettre en jeu et retourna la voir au piano-bar, bien décidé à tenir θ celle qui allait devenir sa femme. Il entra dans le bar et se mit au piano et joua un morceau afin d’épater Gma. Cette sérénade improvisée ne joua pas en sa faveur : ses doigts qui jadis avaient été fins et agiles, avaient perdu ces deux qualités, et le piano dût autant souffrir que les auditeurs de la prestation chaotique de notre jeune héros. Après s’être lamentablement produit sur la scène du bar, il alla s’assoir à côté de Gma pour son deuxième dialogue romantique :

 

- Vous avez été très bien, s’exclama-t-elle, votre numéro fut d’un comique rare !

 

        À la fois flatté et un tantinet vexé que sa prestation soit considérée comme un numéro comique, il lui répondit en tentant d’être plus habile que la fois précédente :

 

- Vous aussi, vous êtes très bien, ne bougez pas d’un ι, vous êtes parfaite.

 

        Et ils finirent la soirée main dans la main… « Je n’ai κ faire trop de remarques pour que tout continue à se bien passer. » se disait-il.

 

        Après de nombreux rendez-vous, notre couple λ finit à l’église. μ par l’euphorie de la fête, Gma offrit à Psilon un magnifique cheval qu’ils baptisèrent Micron. Psilon ν qu’à donner son consentement et Gma qu’à faire de même et ils furent unis par les liens sacrés du mariage. 

 

        L’histoire aurait pu s’arrêter là, s’il n’y avait pas eu l’arrivée d’un nouveau personnage : Micron. Un an après leur mariage, l’argent commença à manquer. Voilà ce que dit Gma à son mari un jour d’hiver où le manque d’argent se faisait particulièrement ressentir : 

 

- Il faut que je te dise qu’aujourd’hui nous n’avons rien à manger et ξ Micron n’avait pas été là, on aurait peut-être quelque chose à se mettre sous la dent.

- C’est triste à dire, femme, mais nous devons le revendre pour pouvoir terminer l’année.

 

        Ils délibérèrent toute la nuit pour savoir s’ils devaient vendre Micron ou non, mais leur estomac eut raison de leur cœur, et, au petit matin, ils allèrent voir Micron : 

 

- o, pardonne nous, nous devons te vendre si nous voulons survivre. 

- Et, tu sais, ajouta Gma, si nous t’avions gardé cela aurait été pire pour toi, nous n’aurions pas pu te nourrir. Nous voulions te garder, mais tant π pour nous, nous devons nous séparer de toi pour ton bonheur.

- ρ ! répondit Micron, qui étant un cheval ne savait pas dire grand’chose d’autre. 

 

        Sur ces adieux déchirants, Psilon, avec son habituelle finesse d’analyse, ajouta : 

 

- σ ne t’avais pas choisi comme cadeau de mariage, tu nous aurais causé moins de problèmes ! 

 

        Arrêtons cette scène insoutenable et venons en au jour de la vente de Micron. τ le matin, Psilon avait toiletté Micron pour qu’il soit frais et pimpant lors de sa vente. Ils allèrent au marché de la ville pour vendre la bête. Le psychologue du village, grand amateur de chevaux négocia longuement avec Psilon. Il υ avec un stratagème à peine honnête, et empocha l’animal pour moins de cent sous. Psilon fit φ de l’arrogance du psychologue et s’en retourna chez lui, l’œil fier et la poitrine volontaire. En rentrant chez lui, Gma lui demanda χ avait acheté son cheval préféré. Il répondit d’un ton grave que c’était le ψ, et en ω’l à lui-même, il pleura son cheval sous le regard attendri de son épouse.

 

Bonnes vacances,

 

Professeur Porphyre

Please reload

Recent Posts

April 16, 2019

March 11, 2019

March 7, 2019

Please reload

Archive

Please reload

Tags

Please reload