Contact

Follow

  • Instagram Social Icon

©2017 by GWEILO. Proudly created by Zoé Manset, Edouard Chardot, Céleste Judet, Logan de Raspide Ross, Sidney Jones.

Professeur Porphyre : Loufoque

January 15, 2018

        Bonjour, bonjour, et bonne année ! Je suis heureux de vous retrouver pour ma douzième chronique avec vous. L’année dernière nous en étions restés à la lettre K, nous devons donc nous attaquer à la lettre L, première lettre du mot lettre, mot dont nous ne parlerons pas aujourd’hui. En effet, en ce jour de rentrée, c’est du mot Loufoque que je souhaite vous parler.

 

        Avant de continuer, c’est à vous de proposer une définition du mot loufoque (ici).

 

        Certes, c’est un mot très connu, mais assez peu exploré, c’est pourquoi je vous en parle aujourd’hui. Le mot loufoque est un mot du largonji des louchébems. D’ailleurs Largonji et Louchébem auraient pu être l’objet de cette chronique, et même tous les mots du largonji des louchébems auraient pu l’être. En effet le largonji des louchébems, en français jargon des bouchers est un argot des bouchers parisiens et lyonnais inventé au XIXe siècle par cette corporation. C’est une sorte de code que la rédaction du journal m’autorise exceptionnellement à vous dévoiler : 

        Prenez un mot, remplacez sa première lettre par un L et mettez la à la fin du mot. Par exemple, Professeur Porphyre devient Lrofesseurp Lorphyrep, Jargon devient Largonj et Boucher, Loucherb. Il est d’usage de rajouter un suffixe pour rendre le mot plus facilement prononçable ; d’où jargon = largonji et fou = loufoque (notez que ce code est oral, d’où la déformation des mots à l’écrit). Ainsi, tous les mots du largonji des louchébems auraient pu être l’objet de cette chronique car il commencent forcément par un L.

 

        Mais ce n’est pas fini, il nous reste à apprendre comment ce mot est sorti de nos boucheries pour atterrir dans nos assiettes. C’est là qu’entre en scène un personnage crucial, défenseur de la langue française et de la France (pendant les deux guerres mondiales) devant l’éternel, père des chansonniers et des humoristes : Pierre Dac. Créateur du personnage du Professeur Slalom Jérémie Ménerlache lui même inventeur du biglotron et du schmilblick, qui est devenu un mot de la langue française. Pierre Dac est un maître de l’absurde et du non-sens que l’on peut illustrer simplement par cette phrase : « Ce n'est pas parce qu'en hiver on dit "fermez la porte, il fait froid dehors", qu'il fait moins froid dehors quand la porte est fermée. ». C’est lui qui popularisa le mot loufoque en créant le club des loufoques, la SDL (Société Des Loufoques) et en s’auto-proclamant roi des loufoques (cf. Sketch le roi des loufoques).

 

        Mais ce n’est pas fini, il nous reste à apprendre comment Dac a appris ce mot. C’est là qu’entre en scène un personnage encore plus important (si l’on peut dire), créateur de génie qui, avec sa femme (non ce n’est pas Pierre Curie), conçut le roi des loufoques. Il s’agit évidemment du père de Pierre Dac qui était boucher. C’est donc du jargon de son père, ou plutôt du largonji de son lèrepem que notre humoriste tenait ce mot. 

 

        Mais ce n’est pas fini, il nous reste à apprendre le sens actuel du mot loufoque. Comme fou, il est à la fois un nom et un adjectif, commençons par la définition du nom, personne loufoque. Passons à l’adjectif : dont l’invraisemblance, l’absurdité ou le côté saugrenu est comique.

 

        Mais cette fois, c'est fini !

 

 

Professeur Porphyre

Please reload

Recent Posts

November 18, 2019

April 16, 2019

March 11, 2019

Please reload

Archive

Please reload

Tags

Please reload